• Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

CONTACTS

bureau.contact@corpo.fr

president@corpo.fr

partenariat.corpo.paris2.@gmail.com

Secrétaire Général, Mathéo MAHÉ : 

06 13 13 66 79 

m.mahe@corpo.fr

ADRESSE

Corpo Paris II,

Université Panthéon-Assas

92, rue d'Assas 

75006 Paris

Local n°2

55807353_761240057592236_783606908166393
concours public.png
Prepaya.png
57504133_325146164814433_576388518684445
55500728_583799432098840_124860519834399
LCL.png
54230695_392933364588306_723813990097171
envoituresimone.png
69589811_442773729778591_365085454672225
Lydia_(Paiement_sur_Internet).png

Master de droit privé général

Thibault Masson

Quel est ton master ?

J’étais en Master 1 Droit privé général l’année dernière.

En quelques mots, en quoi consiste ce master ? Quelles sont les matières principales ? 

              Au premier semestre, nous avons comme matières imposées le droit des affaires qui se concentre sur le droit des entreprises en difficulté (faillite d’une entreprise, procédure de redressement, sauvegarde et tout ce qui s’ensuit) et le droit du crédit (étude du droit des suretés : contrat de cautionnement, et d’autre part les gages et les hypothèques entre autres). Puis nous devons choisir entre le droit international privé général ou les régimes matrimoniaux. Au deuxième semestre, nous avons également le droit des affaires mais axé cette fois sur les effets de commerce et leur circulation entre les différents titulaires (lettres de change, session Dailly par exemple). Puis nous avons un choix à faire entre le droit des successions ou le droit international privé spécial. C’est un master extrêmement général qui ne ferme aucune porte.

La sélection pour ce master est-elle difficile ? Sur quels critères de sélection se base-t-elle ?

           Je n’ai pas eu de sélection, mais des notes correctes en droit civil et droit des sociétés et surtout un intérêt pour le droit privé sont conseillés. Il ne vaut mieux pas trop choisir ce master si la combinaison de matières en L3 était très orientée droit public (rien n’empêche de le faire mais je trouve que cela ne serait pas très cohérent).

Qu’est-ce qui a motivé tes différents choix ? Pourquoi ce parcours ?

             Premièrement, j’ai choisi ce master parce que le droit public m’intéressait beaucoup moins que le droit civil et le droit privé en général. Deuxièmement, je me suis naturellement orienté vers un master très général car je ne voulais pas me spécialiser dès le master 1. Il permet de ne fermer aucune porte sans trop se spécialiser et tout en restant un très bon master. Enfin, le droit des sociétés m’avait vraiment intéressé en L3, je souhaitais donc continuer cette matière mais sans pour autant m’engager uniquement dans cette voie la.

Comment as-tu entendu parler de ce master ? (conférences ? anciens élèves ? sites internet ?)

J’en ai entendu parler par des amis et mes parents, et j’ai consulté aussi le site de l’université. 

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus / le moins dans cette filière ?

                Malgré la difficulté, le droit international privé me plait énormément : c’est une matière très différente de tout ce qu’on a fait avant car, en général, on a peu l’occasion d‘étudier du droit international avant le Master 1. On découvre des notions passionnantes, des raisonnements et des méthodologies totalement nouveaux et propres à cette matière. Je trouve que cela permet de découvrir une facette du droit que l’on ne soupçonne pas, à laquelle on ne pense pas forcément. Ensuite j’ai également aimé le droit des affaires (même si les sujets étudiés sont je trouve un peu moins intéressant qu’en L3).

               En quatrième année, quel que soit le master que l’on prend, ce sont des cours qui non seulement ne sont pas simples mais demandent beaucoup de travail. On ne peut plus se contenter de lire les TD et aller en cours (ce qui est bien sûr déjà le cas pour la L3 mais c’est encore plus le cas je trouve en master 1), un vrai travail personnel en amont est obligatoire. Cela demande du temps et de l’investissement personnel. Oui c’est difficile, mais c’est un travail extrêmement gratifiant ; quand on y arrive, on a l’impression de réellement passer un niveau supérieur par rapport à la L3. De plus l’enseignement est beaucoup plus axé sur la pratique et un peu moins sur les aspects théoriques. Les TD ne sont presque que des cas pratiques. On a l’impression de vraiment utiliser nos connaissances pour résoudre des cas réels, concrets. Et comme je l’ai déjà dit, j’aime beaucoup le fait que ce Master soit très général. 

            En ce qui concerne ce qui me plait le moins, c’est le droit du crédit car c’est une matière complexe qui fait constamment intervenir des relations tripartites. Elle ne me parle pas, je n’ai pas réussi à accrocher. Je n’aime pas trop non plus les régimes matrimoniaux parce que c’est une matière très compliquée, la plus technique que j’ai jamais étudié et le cours est long et difficile à prendre en note. Je précise que je l’avais choisi comme matière complémentaire, je ne peux donc pas en parler aussi bien que si j’avais eu les TD correspondants.

Quels sont les débouchés suite à ce master ? Que veux-tu faire après ? 

            Concernant les débouchés, je pense que ce master ne ferme aucune porte à partir du moment où l’on souhaite s’orienter et travailler dans le secteur privé. Rien n’empêche un étudiant de faire un Master 1 de droit privé général et de se spécialiser dans un second Master 1 pour avoir les armes nécessaires et ainsi affronter sereinement le Master 2  de son choix. Je ne sais pas encore ce que je veux faire mais le Master 2 Droit international privé et du commerce international et le Master 2 Usages sociaux du droit et communication juridique m’intéressent beaucoup.

Que conseilles-tu aux étudiants qui voudraient faire ce master ? 

            Ne soyez pas effrayés par la masse de travail ; certes ce sont des matières complexes, mais au final si vous aimez le droit privé, vous trouverez nécessairement votre bonheur dans ce master.