• Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

CONTACTS

bureau.contact@corpo.fr

president@corpo.fr

partenariat.corpo.paris2.@gmail.com

Secrétaire Général, Mathéo MAHÉ : 

06 13 13 66 79 

m.mahe@corpo.fr

ADRESSE

Corpo Paris II,

Université Panthéon-Assas

92, rue d'Assas 

75006 Paris

Local n°2

55807353_761240057592236_783606908166393
concours public.png
Prepaya.png
57504133_325146164814433_576388518684445
55500728_583799432098840_124860519834399
LCL.png
54230695_392933364588306_723813990097171
envoituresimone.png
69589811_442773729778591_365085454672225
Lydia_(Paiement_sur_Internet).png

Master de droit des affaires

Quel est ton master ?

J'étais en Master 1 Droit des Affaires l’année dernière.

En quelques mots, en quoi consiste ce master ? Quelles sont les matières principales ? 

           Ce Master consiste à former les juristes de demain aux thématiques de droit des affaires. Au premier semestre, les matières fondamentales sont : droit des entreprises en difficulté, droit fiscal des affaires (aux 2 semestres), droit du crédit, droit de la concurrence. Au deuxième semestre, nous étudions le droit des instruments de paiement et de crédit.

              Ce Master prépare à comprendre les enjeux du droit des affaires sans rentrer dans les détails pour pouvoir approfondir l’étude du droit privé acquise pendant la licence. Les matières complémentaires sont : droit international privé, droit de la concurrence, droit bancaire et financier, droit des assurances, droit de la propriété privée intellectuelle etc. 

La sélection pour ce master est-elle difficile ? Sur quels critères de sélection se base-t-elle ?

                 Il n’y a pas de sélection pour rentrer au Master 1 Droit des Affaires. En revanche, pour le Master 2, il y a  beaucoup de demandes. Le plus demandé est le Master de droit des affaires et fiscalité : il y a environ 25-30 places pour 1000-2000 dossiers envoyés. Il est réputé être un des meilleurs Masters 2 en la matière de France.

               Il existe différents critères pour être pris : cela dépend des directeurs de master, des notes (par exemple, la mention obligatoire en licence ou master). Les profils atypiques sont valorisés, par exemple avoir une expérience à côté, avoir fait des stages, avoir une expérience associative. Et il faut posséder une maîtrise parfaite de l’anglais.

Qu’est-ce qui a motivé tes différents choix ? Pourquoi ce parcours ?

             Ce qui m’a motivé premièrement, c’est le métier d’avocat en droit des affaires internationales, qui m’intéresse fortement. Ensuite, il y a la question de la rémunération obtenue à la clef qui a joué dans ma décision de choisir ce master (pas que). C’est une formation qui correspond à mes attentes. Avoir la mention Droit des affaires à Assas est un plus pour obtenir des stages. Enfin, ce master est très connu et généraliste. 

Comment as-tu entendu parler de ce master ? (conférences ? anciens élèves ? sites internet ?)

           J’ai entendu parler du Master 1 de droit des affaires à Assas de manière générale. J’ai aussi consulté le site de l’université, j’ai fait des recherches personnelles. Et j’ai parlé avec les anciens diplômés d’Assas, les alumni.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus / le moins dans cette filière ?

           Ce qui me plaît le plus dans ce master tout d’abord, c’est que c’est une formation généraliste. Ensuite, on a une reconnaissance après ce master car c’est un master très reconnu qui ouvre beaucoup de portes. Pour donner un exemple, le Master 1 Droit des affaires, c’est l’équivalent du bac scientifique. Le droit du crédit et le droit des affaires internationales, deux de mes matières, sont fantastiques. 

            Le seul point négatif que je trouve à ce master est que les cours sont trop axés sur le droit fiscal. On peut passer l’épreuve du barreau à partir du master 1, et une des épreuves optionnelles est le droit fiscal avec à son programme le droit fiscal des affaires (qu’on étudie donc en M1) mais aussi la fiscalité des personnes. Or nous n’avons pas de cours de fiscalité des personnes en M1, on nous impose un peu trop de droit fiscal des affaires, ce que je trouve dommage. A mon sens, il serait plus judicieux d’ouvrir un master 1 de droit fiscal avec de la fiscalité des personnes, ou alors ne pas nous obliger à apprendre autant de droit fiscal au deuxième semestre. 

Quels sont les débouchés suite à ce master ? que veux-tu faire après ? 

           Après un Master de droit privé, quel qu’il soit, il est possible de devenir cadre d’entreprise, magistrat, juriste d’entreprise, avocat d’affaires ou alors de poursuivre nos enseignements en intégrant une école de commerce. Il ouvre toutes les portes possibles. Après mon Master 1, j’aimerais faire un Master 2 Droit des affaires internationales ou un Master en arbitrage et commerce international. Plus tard, j’aimerais être avocat en arbitrage. 

Tu as fait ton Master 1 l’année dernière, peux-tu nous dire quelques mots sur ce que tu fais cette année ? 

               Je suis en année de césure car je n’étais pas sûr du Master 2 que je voulais faire. Je suis inscrit à l’Institut des Etudes Judiciaires (IEJ) qui nous aide à nous préparer à rentrer à l’Ecole Nationale de la Magistrature ou au Centre Régional de Formation Professionnelle d’Avocats  (CRFPA). L’année prochaine, je compte donc passer le barreau. 

             Je fais également un stage depuis septembre jusqu’en mars dans un cabinet en droit des affaires spécialisé en fusion-acquisition. Après mars, je pense partir à l’étranger. Les stages sont très formateurs, on apprend beaucoup plus qu’en cours et c’est agréable de pouvoir mettre en pratique ce qu’on a vu en théorie. Je recommande fortement de faire des stages l’été ! Cela montre une autre facette du métier d’avocat décrit à la fac, loin de l’image des avocats qui plaident tout le temps. C’est plutôt travailler dans un bureau et rencontrer des clients. De plus, un stage permet de te conforter pour ton choix de Master 2 et de te constituer un réseau.

Matteo Dabaghian